L’EVANGILE PARTAGEE AU BAS DES TOURS

VENDREDI 20 MARS 3 PLACE DE PRAGUE 14H30

MICHELLE       FABIEN             MARIE   FRANCE          CLAUDINE       MADELEINE    SABINE   ANNICK            JEAN LUC        GERARD           GERARD G                                                                                                                                                                               

  1. Les nouvelles partagées autour de la table

Pas de prénoms en fidélité à notre choix ! Prenons le
temps de lire et « jouons à mettre un prénom et un visage derrière chaque
texte »

1.1 Bonjour
à chacun de vous,

Voici que
nous sommes confinés depuis maintenant quelques jours. J’espère que vous allez
tous bien et que monsieur Coro, comme le dit Sabine, ne vous a pas visités.

Mais la
vie continue et nous n’allons tout de même pas nous laisser abattre par cette
minuscule être qui ne nous veut pas que du bien.

Voilà
l’idée qui nous est venue :

  1. Je vous envoie le texte de dimanche prochain
    4ème dimanche de carême (vous pourrez trouver ce texte à https://eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/la-celebration-de-la-foi/le-dimanche-jour-du-seigneur/commentaires-de-marie-noelle-thabut/.
    Vous pourrez aussi trouver les commentaires de Marie-Noëlle Thabut)
  2. Vendredi après-midi – aux heures habituelles-
    nous prenons le temps de lire ce ou ces textes et nous communiquerons
    ensemble à l’aide des adresses ci-dessus.
  3. Certaines ne sont pas inscrites dans la liste
    parce que nous n’avons pas leur adresse mail. Si vous les avez, pouvez-vous
    leur transférer ce texte et nous le faire parvenir.

Merci à
chacun(e) de vous, ce sera une bonne façon de maintenir le contact pendant ce
carême inattendu.

Merci de
vivre ce temps dans la fraternité

1.2 Il est
bientôt 14h. Claudine et moi nous préparons à accueillir le partage qui sera
envoyé à tous.
Comme vous avez dû le voir, Jacques propose que nous commencions par un partage
de vie, comme nous le faisons d’habitude. Alors la page est ouverte et en
envoyant à tous, nous recevrons ensemble le partage de chacun.
Ensuite nous pourrons partager à partir du texte d’évangile : l’aveugle né.
Vous avez dû tous recevoir le texte.
Bon temps de réflexion, de partage, de prière.
Bon après-midi ensemble

1.3 Très
belle proposition que de se retrouver cet après-midi.
De bonnes nouvelles : mes voisins et des amis joints, par tel, sont en pleine forme.

Depuis le début de la semaine nous veillons les uns sur les autres.
Mes enfants et petits en forme aussi.
Aïden mon petit fils a 3 ans en ce premier jour de Printemps !
A plus tard pour un partage du texte

1.4  Me voici devant l’ordinateur pensant bien à
vous tous mais vos visages et votre présence me manquent. J’ai déjà lu avec
plaisir les petits mots envoyés pour donner des nouvelles. Avec Jean Yves nous
nous organisons, nous avons la chance d’être à la campagne et pour le moment
nous sortons faire un petit tour pour marcher et profiter du printemps. J’essaie
chaque jour de prendre des nouvelles d’amis lointains et quand j’en reçois cela
me va droit au cœur. Maël vient manger avec nous à midi quand son père
travaille mais ce soir il va chez sa maman.

Je lis beaucoup. Pour le
moment le moral est bon et je surveille la menthe qui pousse pour Claudine et
son jardin. Je vais lire le texte d’Evangile.

Bises à tous                    

1.5 Coucou, c’est 15heures, j’émerge.

Après la sieste c’est mon
heure habituelle pour vous rejoindre au bas des tours.

Fraternellement      

1.6 Bonjour
les amis,

Ce midi
mon petit-fils Ambroise qui a 12 ans m’interrogeait au téléphone à propos du virus.
Mamie est ce que ce qui arrive va être dans l’histoire ? “Je lui ai répondu
: bien sûr comme tout ce qui arrive ça fait partie de l’histoire, le bien et le
mal car nous sommes tous liés les uns aux autres (ce qui est particulièrement
évident ces jours-ci pour les petits et pour les grands…)

1.6 Bonjour à tous,

Je ne serai pas présente avec vous cet après-midi,
je suis en télétravail. Je continue à donner des cours à domicile…par écrans interposés
! Du coup, je suis à la disposition des élèves en fonction de leurs disponibilités.
Ils ont des téléconférences avec leurs profs, ce qui m’oblige à moduler mes
horaires.

Mais je me ferai un plaisir de lire vos
commentaires à tous après !

Je pense bien fort

Fraternellement        

1.7 Bonsoir à tous, c’est seulement maintenant que j ‘arrive   à envoyer
mon partage. Toute l’après midi je n’ai pu réusir à me connecter à SFR.

Je vis mon confinement chez ma maman. Elle est contente de ne pas se retrouver
toute seule à 90 ans. Je continue ma présence auprès d’elle en lui tenant
compagnie, en assurant les courses et les repas.
 
Ma santé est bonne…
Mon ulcère à ma jambe gauche est guéri enfin !
La guérison de mon ulcère a duré 15 mois (12 janvier 2019 au 05 mars 2020).
Maintenant que j’ai retrouvé mes jambes, et que je peux me tenir longtemps
debout.  Je me faisais une joie de pouvoir, à nouveau aller à la paroisse
Ste Elisabeth afin de recevoir l’Eucharistie .
 Je pense que c’est quand on est privé de quelques choses pendant longtemps
qui fait que…j’apprécierais le moment où je recevrais de nouveau l’Eucharistie.
Je suis aussi bien remise de ma pneumonie infectieuse au poumon gauche. J’ai
passé 4 jours à Pontchaillou début février 2020. Heureusement pour moi, ce
n’était pas le Covid 19, ni la grippe.

Zone de Texte: 2  Bonne Nouvelle à partir de Jean    9/1 à 41

aveugle-né

2. 1 J’ai
la chance d’avoir pu accueillir chacun de vos messages et comme je me suis
réjouie de la richesse de ce qui est partagé.

Je me
suis d’abord arrêtée à ce verset 1

: “Jésus
vit sur son passage un aveugle de naissance”
Jésus est bien présent à
ce qui se vit autour de lui. Il a vu l’homme qui est là, sur sa route. Ça me
fait penser aussi au Samaritain qui descendait de Jérusalem à Jéricho et qui
vit celui qui avait été attaqué par les brigands.

Donc
Jésus voit cet homme dans ce qui fait sa souffrance, dans ce qui le met à
l’écart. Et c’est à cet homme que Jésus est sensible. Il porte sa souffrance.

Mais
Jésus ne reste pas les bras croisés : il agit mais avec sa collaboration.
Va …”Et il le fait, il se met en route. Et s’il n’avait pas
accepté ? Ça peut être l’histoire de nos vies. Que de fois nous avons des
possibilités d’un meilleur et nous ne le faisons pas. Et si aujourd’hui on nous
dit de rester confiné et que nous ne l’acceptions pas que va-t-il se passer ?
C’est bien le lieu de notre responsabilité humaine.

Je suis
sensible aussi au fait que sa guérison a transformé l’aveugle. Les voisins se
demandaient si c’était bien lui. Il n’était plus le même tout en restant lui-même.
Voilà ce que peut faire la foi en Jésus le christ en chacun de nous.

On
pourrait dire plein de choses tellement c’est magnifique ce texte. La suite
sera pour une autre fois.

Bonne continuation
à vous tous et bon dimanche. En tout cas je crois que dans le partage de sa Parole,
et le souci des frères, Jésus est réellement présent au milieu de nous.

A bientôt

  • J’ai commencé la lecture du texte de l’aveugle de
    naissance.

Voici mes premières réflexions :

-v5 : Jésus commence par me dire
qu’il est la lumière du monde aussi longtemps qu’il est dans le monde. Quand je
vois le soleil qui nous accompagne depuis plusieurs jours, je me dis que cette
lumière j’en ai vraiment besoin. Elle réjouit le cœur.

-v6 : Je me pose la question de
la boue. Elle me fait penser à Bernadette à Lourdes qui aux paroles de la Vierge
se barbouille de boue ? peut-être ai-je besoin du Seigneur pour m’élever de la
terre, sortir de ce qui m’embourbe.

-v18 : Les pharisiens refusent de
croire et pourtant l’homme redit : “c’est bien moi !”. Ils sont aveugles,
ils refusent de voir une réalité concrète. C’est un vrai aveuglément.

-v23 : les parents de l’aveugle
disent “il est assez grand“. Personne ne peut croire à ma place,
personne ne professe la Foi pour un autre. C’est personnel. Je n’aime pas quand
les autres parlent à ma place.

-v30 quelques fois mes yeux
s’ouvrent sur quelque chose que je ne comprenais pas avant. Il faut parfois du
temps, apprendre à se connaître.

-v17 et 33 et 38 L’aveugle fait
plusieurs actes de Foi. Il tient bon. C’est pour lui une nouvelle naissance.

Que le Seigneur vous bénisse.

2.3 Je suis tout spécialement
touchée par les versets de 8 à 12

Il est
aveugle – Il est mendiant

Il voit

Les voisins
ne le reconnaissent pas après sa guérison

C’est bien
moi.

Il est
probable que cette guérison ne soit pas que des yeux et qu’elle ait touché tout
son être.

Et de se
fait les voisins qui l’avaient déjà vu, ont un doute, ne le reconnaissent pas.

Guérison
en 2 temps :

Guérison
intérieure peut-être d’abord : Jésus lui met boue et salive : il croit

Guérison
physique : il fait la démarche d’aller à la fontaine de Siloé : Il voit

Ce
“c’est bien moi ” révèle comme une plus grande prise de conscience de
lui-même, il me semble.

Privé du
sens de la vue son monde était enfermé sur lui-même. D’autant plus qu’il était
mendiant et probablement rejeté par la société.

Maintenant
il prend vraiment conscience de sa pleine réalité dans ce monde qu’il peut voir,
toucher de son regard.

Il est un
avec et parmi les autres

Quelque
chose en lui se redresse :” C’est moi ” ” C’est BIEN moi. »

C’est comme
s’il disait : “Je me reconnais « Oui j’existe …Il y aurait encore
beaucoup à dire cet Evangile est riche …Bonne réception A bientôt       

2.4 Je
trouve le texte tellement actuel : “Qui a péché » ? Grosse question
encore aujourd’hui. Pourquoi le mal ? Pourquoi cette catastrophe
humanitaire… Il nous faut une explication et on en trouve…Que de
critiques du gouvernement, des politiques, des responsables à tous
niveaux… ; … Il nous faut des coupables ; Mais nous sommes tous aveugles,
nous ne connaissons rien de l’avenir… Les plus grands scientifiques eux-mêmes
sont dépassés. Restons humbles et faisons confiance…

Jésus fit
de la boue 

Il dit à
l’aveugle “va te laver” l’aveugle y alla donc et il se lava. Contraste
avec Naaman qui, les jours derniers dans le texte de la messe, refusait de
se baigner dans le Jourdain parce que le moyen était trop simple ; et
aujourd’hui encore, quelle misère pour faire appliquer les règles les
plus simples…Qu’attendons-nos ? Une grande manifestation de Dieu ? Elle ne
viendra pas. Dieu nous fait confiance, il respecte notre liberté, nous sommes
tous responsables de la suite.

Comme dans
l’évangile, les uns disaient, les autres disaient… Chacun y va de son
interprétation. Sans se soucier de conséquences sur ceux qui les entendent.

Merci à
tous pour vos partages.

Soyons
tous bien disciplinés et nous aurons fait notre possible. Dieu fera le reste.
En union de prière. 

2.5 Voici
ce que F. nous a dit au téléphone, sa boîte mail ne fonctionnant plus :

Par rapport
à l’aveugle né, les autres citoyens le laissaient complètement.

Jésus va
le voir : “Va te laver à la piscine de Siloé”

Chacun
peut faire un petit effort pour l’autre. Avec ma voisine, son copain lui avait
dit qu’il lui fallait une attestation pour sortir son chien. Elle ne savait pas
comment faire, je la lui ai faite. Elle en a parlé à sa curatrice qui m’a
téléphoné ensuite pour me dire que c’était bien comme ça.

L’aveugle
a obéi à Jésus. Il est allé se laver à la piscine. ” Depuis le temps que
je suis aveugle !”

Il a pu
croire en Jésus. Il aurait pu dire :”Il est malade ce mec !” Mais
non, il a obéi à Jésus.

Et nous ?
Il me dit comme à Bethléem devant les graffitis, je ne pense pas à la Vierge
Marie.

Je veux
croire en Jésus que je puisse revoir ma fille. C’est tout un questionnement qui
se pose.

2. 6 Pour
un partage… avec un peu de retard … ce mot que j’ai reçu ce matin. Je
connais bien cette jeune femme qui a eu tant de difficultés tout au long de sa
brève existence. Elle m’a fait penser à cette histoire de l’aveugle-né de
l’Évangile.

Bon
partage… et à une prochaine fois.

“J’étais
plus que dégoûtée après l’affaire Jean Vanier, tellement que je ne voulais plus
du tout aller à la messe, même à Villejean. Je me suis sentie profondément
trahie. Ses écrits sur la fragilité m’avaient pourtant tant aidé à continuer
d’avancer pendant mon arrêt maladie d’un an en me permettant de me trouver une
valeur malgré mon absence de productivité, et a aussi contribué à notre rencontre
avec Yannick… 

Je
t”avais écrit à ce moment-là un long mail que j’ai effacé car je sentais que
je n’avais pas le recul suffisant et que la colère était trop forte pour être
constructive. Avec ce confinement, mon esprit est sans doute plus clair et je
lâche l’inutile pour me recentrer sur l’essentiel. 

Il y
avait juste chose dont on voulait te faire part avec Yannick depuis très longtemps.
Quand les messes reviendront (je l’espère fort !), il y a vraiment une chose
que j’aimerais voir changer. Ce qui m’agace le plus à la messe, c’est quand
pendant le geste de paix, les gens regardent de l’autre côté (la grande
majorité). Comme si geste de fraternité n’avait aucun sens. Quelle hypocrisie
et déni de l’autre, de sa dignité et de sa valeur, tout le contraire des
Évangiles. Enfin là, on n’a plus ce souci, tu me diras ! 

Peut-être
cette épidémie changera-t-elle notre regard sur nous-même et sur l’autre
,
apprendre à être attentif et bienveillant pour soi et pour l’autre. Par
exemple, on a recréé une solidarité familiale avec mes frères et mon père (nous
habitons aux 4 coins de la France). Chaque jour, nous nous racontons notre
quotidien sur WhatsApp et c’est vraiment chouette car depuis la mort de notre
mère en 2005, nous avions du mal à être unis. 

A la maison,
on a un énorme bouquin sur Jésus (l’encyclopédie coordonnée par Christine
Pedotti). Je vais m’y replonger. Il est génial et éclaire les Évangiles (je
vais commencer par lire jusqu’au bout Saint Marc, j’ai toujours lu des bribes).
Et je suis abonnée à Témoignage Chrétien, c’est à gauche, issu de la résistance
et cela conserve un esprit critique, ça me convient bien
😉. “

Bonjour tout le monde

2.7 J’espère que vous
allez bien, j’espère que cette mauvaise impasse va bientôt finir, je pense
beaucoup à vous tous, oui, vous me manquez….

J’ai lu l’évangile et ce
qui me frappe c’est que Jésus va toujours tout de suite à l’essentiel. Il
guérit l’aveugle de naissance le jour de sabbat, Jésus ne lui pose pas questions,
il voit que l’homme souffre donc il le guérit et c’est seulement après qu’il
lui parle de Dieu, c’est seulement après que l’aveugle se laisse convertir
naturellement. Vraiment cet évangile me parle, je crois qu’il faut agir comme
ça, d’abord aider, avoir la compassion pour celui qui souffre.

Je vous envoie cette
petite contribution déjà ce matin car à 14 heures.  C’est pour moi un peu
compliqué car l’ordinateur est dans la pièce centrale et maintenant nous
hébergeons notre fils Joseph avec sa femme et ces deux enfants donc c’est plus
bruyant.

J’espère à bientôt                                            

2.8 Cette conversation m’a inspirée la lecture suivante de
l’Evangile de l’aveugle né :

Ni
lui, ni ses parents n’ont péché. Mais c’était pour que les œuvres de Dieu se
manifestent en lui
.IL fit de la boue puis il appliqua la boue sur les yeux
de l’aveugle et lui dit :”Va te laver à la piscine de Siloé (=Envoyé)”

J’ai
pensé que la boue c’est sale et fait plutôt mal aux yeux. Le Christ l’envoie
d’ailleurs se laver tout de suite, ce qu’il fait.

Et si la
boue c’était le mal que le Christ nous demande de regarder en face que le
destin nous a mis en face c’est à dire à penser mais aussi, génie de la langue française,
de PANSER au sens de soigner, guérir, être Siloé (Envoyé). Les miracles du Christ
sont le plus souvent des guérisons. ;”Je suis la lumière du monde
dit le Christ dans cet évangile. Evangile, la lumière avec laquelle il nous
envoie et nous guide ?

 2.9 J’ai relu l’histoire racontée
par saint Jean, l’aveugle qui sort de l’obscurité et de l’anonymat pour
voir… comme tout le monde.

C’est
vrai que pour l’aveugle c’est une infirmité lourde à porter dans ce
monde : « tu es tout entier dans le péché depuis ta naissance … »
… mendiant… Il se fait jeter dehors… alors qu’on aurait tous des raisons de
nous réjouir de la sortie de son handicap.

Mais
les pharisiens se rapportent à la loi plutôt qu’à la joie. C’est aussi je crois
la démonstration de la mise en cause de l’ancien testament : quand la loi
empêche l’amour de s’accomplir, il faut changer la loi… ou ne pas la respecter.
Le regard du Christ sur cet aveugle est un regard d’amour… et c’est l’amour qui
prime. C’est l’amour du Christ qui parle : « Tu le vois, et c’est
lui qui te parle.
 »

Quand
j’ai fini de lire, tout de suite il y a un refrain qui m’a tourné dans la
tête : « Si t’as pas d’bons yeux, tu ne verras rien de tout çà… »
Je pense aussi à la joie que l’on éprouve quand on retrouve une vue correcte…
c’est ce dont j’ai fait l’expérience récemment en me faisant opérer de la cataracte
pour les deux yeux il y a trois mois.  

Voilà pour l’instant des
bribes de pensées à ce sujet. Je trouve que c’est plus difficile par écrit
chacun dans son coin que porté par les paroles des uns et autres…

2.10   L‘évangile de dimanche prochain,
me fait revoir un peu la présence de Jésus dans ma vie de tous les jours
et aussi dans le va et vient de tout ce que nous vivons aujourd’hui.

: Jésus vit, c’est bien Jésus qui nous regarde du regard,
dont on aime être tous vus ; d’un regard qui relève sans dire qui Il est,
il laisse vivre et nous laisse prendre le temps de respirer avent de nous
dire sa présence et de nous aider à continuer notre route. Mais ce n’est pas
facile de regarder et cela bouscule.  On voit que le monde qui nous
entoure ” rejette » ; aussi. Il y a plein de flashs aujourd’hui dans tous
les sens. Va te laver c’est pour moi une orientation pour cette semaine à
regarder avec plus d’attention

Bon Week fraternellement  

2.11 En ce temps-là, en
sortant du Temple, Jésus vit sur son
passage un homme aveugle de naissance.
 J’ai tout lu mais je vais m’arrêter
là  

 En ce temps-là, en sortant du Temple… Ne sommes-nous
pas en ” sortie » ? Plus d’églises ouvertes, plus de célébrations
partagées, nous sommes hors du Temple, dans le monde presque à l’arrêt ! Pause
!

 Jésus vit, sur son passage…Qui
croisons -nous dans nos courtes sorties ? Qui croisons-nous par téléphone ou
par WhatsApp ? Les nôtres qui se préoccupent de nous et nous invitent à la
vigilance citoyenne totale, ceux que nous savons seuls et à qui un échange fait
du bien, ceux qui sont inquiets pour leur santé, les amis d’ailleurs qui vivent
la même pause forcée. au Maroc, au Kosovo, aux USA…en Belgique, en Suisse…

Un homme aveugle de naissance Je m’y reconnais
dans ce monde qui vacille et je suis heureuse d’être vue, vraiment vue car
je sais qu’il est possible de changer si j’entends la Parole ” va te
laver” ; Avec Jean, nous nous y essayons en prenant le temps qui nous est donné,
en repensant à la formation ” avons-nous oublié les classes populaires
?  Si t’as pas de bons yeux, tu n’verras pas tout cela.  ou encore « Donne-moi
ton regard, ô Seigneur Apprends-moi à te voir. Montre-toi dans le frère, ô
Seigneur Donne-moi ton regard  

Belle semaine et
à bientôt la joie de se retrouver renouvelés

2.12 Ce que je retiens surtout de cet
évangile et du beau commentaire qui en est fait c’est qu’il est dangereux de
s’enfermer dans des certitudes qui nous empêchent d’être à l’écoute des autres
et de voir ce qui est beau et bon en eux.

Cela me rejoint dans ma vie de
tous les jours, d’abord avec mon conjoint et toutes les personnes que je
côtoie. Oui ce texte m’appelle d’être encore plus à l’écoute des autres, de ne
pas les juger sur des apparences, mais à essayer de comprendre ce qui les
motive dans leurs choix ou leurs décisions.

Effectivement ce texte est
bien dans l’actualité où il est si facile de critiquer ceux qui doivent prendre
des décisions

 Unis dans ce petit
moment de réflexion, je vous embrasse

2.13

‌  
Jésus vit sur son passage un homme aveugle de naissance et lui dit « Va te
laver à la piscine de Siloé ».
Lors de notre pèlerinage en Terre Sainte
nous sommes allés à la piscine de Bethesda. C’est un des lieux où j’ai mieux
ressenti la présence de Dieu durant ce pèlerinage.
Or, c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue et lui avait
ouvert les yeux. C
haque jour, je trouve important de pouvoir rendre grâce
à tous ceux que j’ai croisée, qui m’ont tendu la main afin d’être la femme
que je suis devenu aujourd’hui.
 
 « Crois-tu au Fils de l’homme ? ». Je m’autorise à vous donner
un texte que j’avais écrit après le pèlerinage en Terre Sainte de novembre
2019 qui dit un peu à ce que je crois :

*C’est vivre un rêve ou l’impossible est devenu possible, j’ai pu
suivre les pas de Jésus et de ses disciples, sur les routes où il a lui-même
marché.
*La Parole de Dieu est devenue vivante. Elle est remplie d’Amour et de
pardon. Fais que j’entende en moi :
                           
‘’Rends-moi la joie d’être sauvé ‘’

                            
‘’Veux-tu être guéri ? ‘’
                            
‘’Lève-toi, prends ton brancard et marche’’

                           
‘’Lève les yeux et regarde aux loin’’

*Malgré ma nuit, Tu ne laisses pas mes ténèbres me parler, Afin de
faire au fond de moi la vérité. Alors c’est un cri je t’envoie, afin de
recevoir la force de l’Esprit Saint,
*Et poursuivre la Mission que Dieu veut me confier Comme à Jésus. Pour
continuer sur le chemin. : ‘’Aide-moi à porter ma croix’’ ;
‘’Fais-moi un signe, ouvre mon cœur’’.

*Il me parle dans ma solitude : ‘ ’Confiance, lève-toi, je t’appelle’’,
Alors ne reste pas assisse au bord de la route. Puis Jésus me relève et me
dit :

‘’Passe sur l’autre rive et garde les yeux ouvert’’ Car je t’envoie un
messager pour ouvrir ton chemin car :
                    
    ‘’Tu es ma fille bien aimé et en toi je trouve de la
joie.

                     
’’ Tu as connu l’humiliation et le rejet alors ‘’Sois sans crainte’’

*Quand je regarde autour de moi je choisi d’habiter la confiance.  La
porte de
l’espérance c’est d’ouvrir quand tu frappes à la porte de mon
cœur. Et de ressentir de la joie car Tu m’aimes et m’accueille tel que
je suis.